Prise en charge chirurgicale de la scoliose

Il est important de choisir un centre spécialisé dans la chirurgie de la colonne vertébrale avec des praticiens expérimentés. (Pôle Rachis DOSCEA)

L’intervention nécessite en effet un savoir-faire spécifique, une équipe entraînée et un plateau technique adapté.
L’intervention s’effectue après un bilan radiographique complet (EOS®, Bending, IRM…) et plusieurs consultations avec le chirurgien.

Objectif

L’objectif de la chirurgie est la restauration d’un équilibre de face et de profil.
La chirurgie permet de corriger la déformation dans les 3 plans de l’espace et de stopper l’aggravation de la scoliose.

EOS® de face : scoliose de 45° (Image Dr Rigal)
EOS® de face : scoliose de 45° (Image Dr Rigal)
EOS® de profil (Image Dr Rigal)
EOS® de profil (Image Dr Rigal)

Déroulement de la chirurgie

Elle peut s’effectuer par voie postérieure ou plus rarement par voie antérieure.

Par voie postérieure, l’intervention se déroule sous anesthésie générale dans les conditions d’aseptie stricte du bloc opératoire.
Un équipement de surveillance électrophysiologique est installé afin de surveiller en permanence la conduction neurologique et effectuer un monitorage de la moelle épinière. Ainsi lors de la correction de la déformation, le chirurgien vérifiera l’absence de trouble neurologique.

Intervention chirurgicale sous surveillance neurologique (Image Dr Rigal)

Les implants sont disposés dans les vertèbres, selon la planification, et connectés à deux tiges. Le matériel mis en place permet la réduction de la courbure et stabilise la colonne vertébrale pour permettre la fusion entre les vertèbres : c’est l’arthrodèse.

La greffe osseuse, prélevée sur le patient, est appliquée pour favoriser la consolidation.

Après un contrôle radiographique de vérification des implants, la fermeture est réalisée avec un drain pour éviter la constitution d’un hématome.

Quelles sont les suites opératoires ?

Le réveil et la surveillance post-opératoire s’effectue dans une unité de soins continus avec une infirmière dédiée.

Les douleurs sont contrôlées par l’introduction de morphine en systématique et par une pompe permettant au patient d’ajuster sa consommation d’antalgiques.

Dans les suites post-opératoires, le premier lever se fait le premier jour avec un kinésithérapeute sans aucune immobilisation (ni plâtre, ni corset). Il a pour objectif de vous apprendre les gestes à effectuer pour vous protéger mais aussi de débuter la rééducation avec des exercices adaptés à votre quotidien.

Lors de l’hospitalisation, un passage du kinésithérapeute, deux fois par jour, permet un lever précoce et une récupération rapide.

Le patient sort après une hospitalisation de 5 à 7 jours en centre de convalescence.

Résultats

Après l’intervention, la consolidation des vertèbres s’effectue en bonne position.
Le matériel est gardé à vie et le patient en oublie la présence.
La marche est favorisée durant la rééducation et les activités sportives sont débutées à 3 mois (compétition à 6 mois).

Scoliose 45° pré-chirurgicale (Image Dr Rigal)
Scoliose 45° pré-chirurgicale (Image Dr Rigal)
Résultat post-chirurgical avec réduction de la scoliose (Image Dr Rigal)
Résultat post-chirurgical avec réduction de la scoliose (Image Dr Rigal)

Quels sont les risques ?

Les risques sont faibles mais doivent être connus par le patient avant l’intervention. Une information orale et un livret sont remis lors de la consultation.

  • Les complications neurologiques sont rares (0,8%). La surveillance électrophysiologique par monitorage de la moelle épinière a très fortement réduit ce risque.
  • L’infection du site opératoire (2%). Elle est dépistée précocement par des contrôles biologiques. La guérison complète est obtenue grâce à l’identification du germe, de la mise en place d’antibiotiques et d’un lavage chirurgical.
  • Le risque d’hématome est également présent mais largement diminué par la mise en place d’un drain en per-opératoire.
  • Les autres risques (phlébite, saignement…) sont identiques à une chirurgie d’arthrodèse par voie postérieure.

La liste des complications n’est pas exhaustive et une complication particulièrement exceptionnelle peut survenir, liée à l’état local ou à une variabilité technique.

Il est important de poser toutes les questions à votre chirurgien pour arriver le jour de l’opération informé et en confiance.

En conclusion, la prise en charge chirurgicale de la scoliose est une intervention complexe qui doit être prise en charge dans un centre spécialisé avec des praticiens expérimentés. (Pôle Rachis DOSCEA)

Le dépistage est indispensable, notamment lors de la puberté, pour ne pas laisser évoluer une scoliose qui pourrait être invalidante à l’age adulte.